Blogue-Notes du CÉRRIS

21 février 2011

Différents moyens pour sensibiliser…

Filed under: Insertion sociale, Réadaptation, Rétablissement — CÉRRIS @ 15 h 08 min

Voilà une façon différente et innovatrice de montrer la maladie mentale… Le théâtre Duceppe offre une vision éclatée de la pièce Elling, co-écrite par les Norvégiens Axel Hellstenius et Petter Næss. Le plus beau dans tout ça, c’est que  le théâtre en profite pour créer une alliance en partenariat avec  l’Association de Montréal pour la déficience intellectuelle (AMDI), la Société québécoise de la schizophrénie (SQS) et l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) – Division du Québec, afin de sensibiliser le public sur les enjeux actuels reliés à la santé mentale et à la déficience intellectuelle. Cette initiative unique, qui porte pour slogan « La différence dérange… Osons la rencontre! » , se déclinera de plusieurs façons, notamment grâce à des kiosques d’information sur les lieux du spectacle et un relais sur les réseaux sociaux.

Connaissez-vous d’autres belles initiatives de ce genre?

6 commentaires »

  1. Bon! Encore un spectacle mais je me demande si on illustre bien ce sentiment d’envahissement du chez soi, de la schizophrénie? Les objets les contenants bougent et se remplissent seul chez moi…

    Commentaire par Bernard Saulnier — 21 février 2011 @ 15 h 19 min

    • En effet Bernard, on ne sait pas non plus comment les auteurs ont décidé de montrer la schizophrénie et s’ils abordent le sentiment d’envahissement de soi, tel que vous le décrivez… J’ai bien l’intention d’aller voir la pièce prochainement, je vous en donnerez des nouvelles via le Blogue.

      Bonne journée.

      Commentaire par crfscerris — 28 février 2011 @ 14 h 12 min

  2. Je lis présentement Elling le roman de Ingvar Ambjornsen, c’est rigolo sans plus je vous en donne des nouvelles quand je termine…

    Commentaire par Bernard Saulnier — 4 mars 2011 @ 13 h 18 min

  3. Finis de lire le roman, Elling il est tout dans sa tête. J’aimerais bien voir l’adaptation ce qu’ils ont fait avec le co-chambreur…

    Commentaire par Bernard Saulnier — 8 mars 2011 @ 13 h 16 min

  4. Viens de voir la pièce, c’est tout autrechose que le roman, Elling dans le roman évoque un voyage en Espagne avec sa mère, il est vraiment dans sa tête, dans la pièce on vois bien son affection de « vieux garçon » pour sa mère décédé. Elling c’est quelqu’un qui parle pas beaucoup c’étais je crois une des difficultées de la pièce rendre ça avec justesse ils mettent plutöt en scène, deux « malades » en réadaptation tout ça avec un certain humour mais j’aurais préféré un ton plus grave. Une illustration de la psychose mais la pièce ne s’y prêtais pas. Finalement c’était une petite pièce bien gentille rien de bouleversant.
    Merci quand même pour les billets!

    Commentaire par Bernard Saulnier — 13 mars 2011 @ 19 h 05 min

  5. J’avais perdus de vue la dimension déficience intellectuelle ça me ramène à mes déficiences…

    Commentaire par Bernard Saulnier — 15 mars 2011 @ 16 h 30 min


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :